Activité mondiale du 17 au 23 septembre 2014

Instabilités, construction et destruction

 

Encore une fois, les volcans entrent et sortent d’ici comme dans un moulin!

Mais pourquoi ? Parce que la volcanologie n’est pas linéaire (ni exponentielle, ni parabolique, ni hyperbolique…) Certains volcans sont actifs tout en se manifestant sporadiquement : on ne peut pas toujours assurer les coups d’éclat. Il faut également ajouter que beaucoup de volcans de ce monde se trouvent dans des zones difficiles d’accès et que, de surcroit, les conditions météo rendent souvent les observations et mesures difficiles voir carrément impossibles. Donc voilà, les volcans vont et viennent dans cette rubrique au gré des informations qui nous parviennent autant qu’au gré de leurs envie de paraitre.

Ceci étant dit, cette semaine, force est de constater que les volcans indonésiens tiennent le haut du crachoir… toujours la ceinture de feu du Pacifique me direz-vous ? Ô combien vous avez bien raison…

Enfin, il y également pas mal de volcans avec une activité « à dôme ». Je tiens à bien insister ici sur le fait que les dômes de lave ont cette particularité d’être instables. Les dômes sont perpétuellement entre construction et destruction. La lave qui les constitue est visqueuse, leurs pentes sont raides et donc les flancs de dômes ont tendance à se casser la g…. C’est ce qui se passe au Sinabung ou au Mayon par exemple.

tableau 17-23
Tableau récapitulatif – C’est écrit trop petit? Cliquez dessus pour agrandir.

 

  • Karangetang, un dôme actif
Ile Siau – Altitude 1784 m

Le Karangetang est souvent masqué par le brouillard, il fait partie des volcans pour qui, comme je le disais en introduction, les études et mesures sont souvent difficiles. Cependant, entre le 7 et le 14 septembre, des observateurs remarquent des panaches blancs allant jusqu’à 150 m au dessus du volcan. La sismicité reste élevée et le dôme est toujours actif et en croissance, croissance à laquelle sont associées des avalanches de débris. (source PVMBG : Pusat Vulkanologi dans Mitigasi Bencana Geologi)

Le niveau d’alerte reste à 3 sur une échelle de 1 à 4.

Dans un mouchoir de poche: le Karangetang, le Lokon-Empung et le Dukono
Dans un mouchoir de poche: le Karangetang, le Lokon-Empung et le Dukono

 

  • Lokon-Empung, reprise d’activité
Sulawesi (Indonésie) – Altitude 1580 m

Comme sur le Karangetang, des observateurs notent la présence de panaches blancs entre les 8 et 14 septembre. Sur le Lokon-Empung, ils s’élèvent entre 25 et 100 m au-dessus du cratère (cratère Tompaluan). La sismicité a nettement augmenté depuis le 10 septembre. Le 13, trois explosions secouent le cratère Tompaluan et produisent des panaches blancs qui atteignent jusqu’à 500 m de haut. Après cette série d’explosions, la sismicité diminuent fortement tout en restant à un niveau considéré comme élevé. (source PVMBG : Pusat Vulkanologi dans Mitigasi Bencana Geologi).

Le niveau d’alerte reste à 3 sur une échelle de 1 à 4.

  • Tavurvur (Rabaul), baby, come back
Nouvelle-Bretagne (Papouasie Nouvelle Guinée) – Altitude 688 m

Le Tavurvur est relativement calme, de petits panaches blancs à bleu sont observés au-dessus du cratère (source RVO : Rabaul Volcano Observatory)

La Bagana et le Tavruvur dont je vous parle cette semaine
La Bagana et le Tavruvur dont je vous parle cette semaine

Une petite explosion a lie le 18 septembre à 12h42, engendrant un panache de cendres gris clair et s’élevant quelques centaines de mètres au-dessus du cratère. Le Tavurvur est toujours actif mais cette activité est pour le moment beaucoup moins significative

  • Rincón de la Vieja, explosions quoi ?
Costa Rica – Altitude 1916 m

Au Rincón de la Vieja, ce sont des explosions PHREATIQUES qui ont eu lieu cette semaine. Qu’est ce donc que cela ??

Une éruption phréatique, ça se passe quand un matériel chaud d’origine volcanique (lave, blocs, dépôts) se met en place sous une couche d’eau (un lac, une nappe en profondeur, la baignoire d’Haroun Tazieff). L’eau est portée à ébullition, elle devient donc gazeuse (de la vapeur) et ladite vapeur n’a d’autres choix que de s’échapper brutalement en générant des explosions. Explosions qui entrainent ou non ce qui traine à sa portée (roches environnantes, lave…).

Le 17 septembre à la mi-journée (12h37), c’est donc une explosion d’origine phréatique qui a été détectée par son signal sismique sur une station située 5 km au sud du volcan Rincón de la Vieja (OVSICORI-UNA : Observatorio Volcanologico y Sismologico de Costa Rica – Universidad Nacional). Le même jour, à 20h48, une seconde explosion phréatique est enregistrée, elle est plus importante que la première et dure trois minutes.

D’autres explosions de ce type ont lieu le 19 (à 18h25) et le 20 (à 3h04, 4h39, et 6h34). Les résidents du flanc nord du volcan ont entendu l’explosion du 19 et vu celle du 20 à 6h34.

Le 20, un survol du lac de cratère a permis de mesurer la température de l’eau: elle est actuellement à 45°C, soit 30 degré de plus par rapport à la dernière mesure effectuée en avril dernier.

  • Sinabung, instable…
Indonésie – Altitude 2460 m

Les dômes de lave ont cette particularité d’être instable, d’être perpétuellement entre construction et destruction. La lave qui les constitue est visqueuse, leurs pentes sont raides et donc les flancs de dômes ont tendance à se casser la g….

C’est ce qui se passe au Sinabung, en bon volcanologue, on dit qu’il y a des instabilités sur les flancs du dôme.

Les enregistrements sismiques montrent que les instabilités sur le dôme ont légèrement augmenté de 96 début septembre à 110 évènements par jour cette semaine.

Photo Le Doc Volcano
Sinabung – Crédit Photo Le Doc Volcano

Les évènements sismiques, exceptés ceux propres aux instabilités, sont stables et plutôt faibles. La croissance de la coulée-dôme du Sinabung se poursuit. Le dôme très allongée (qui me tente de le nommer coulée-dôme) du Sinabung atteint 2,9 km de long le 6 septembre.

On y observe également des panaches bleuâtres, atteignant 1000 m au-dessus du dôme et des écoulements pyroclastiques : un de 2,5 km en direction du sud-est le 15 septembre et un autre de 2 km au sud le 18 (source PVMBG : Pusat Vulkanologi dans Mitigasi Bencana Geologi).

Le niveau d’alerte reste à 3 sur une échelle de 1 à 4.

  • Aira, du tephras, toujours du tephra
Kyushu (Japon) – Altitude 1117 m

Entre le 16 et le 19 septembre, 24 explosions secouent le cratère Showa dans la caldera Aira (volcan Sakurajima) et produisent quantité de tephras. Lesdits tephras parcourent jusqu’à 1300 m de distance sous la force des explosions… quand même (source : JMA : Japan Meteorological Agency). De plus, le VAAC (Volcanic Ash Advisory Center) de Tokyo rapporte que les panaches produits par l’Aira ont atteint entre 1800 et 3400 m de haut et se propagent sans direction privilégiée dans l’atmosphère.

Le niveau d’alerte reste à 3 sur une échelle de 1 à 4.

  • Barbarbunga, des oiseaux victimes du volcan
Islande – Altitude 2009m

L’IMO (Icelandic Met Office) maintient le code d’alerte pour l’aviation à orange du 17 au 23 septembre puisque que l’éruption fissurale de Holuhraun est toujours en cours.

Le site de l'éruption, en Islande
Le site de l’éruption, en Islande

Des analyses chimiques des laves émises à Holuhraun ont été menées, ainsi qu’une modélisation géophysique. L’ensemble de ces travaux indique que la source du magma produit lors de cette éruption se situe à plus de 10 km de profondeur.

Echantillonnage en front de coulée (éruption fissurale de Holuhraun)

La subsidence persiste au niveau de la caldera du Bardarbunga (celle-ci est située sous le glacier Vatnajokull) : le volume de celle-ci est estimé à 0,6 km3 (mesure du 23 septembre).

Le 21 septembre, la lave recouvre 37 km2. Le 22, un rapport du IMO indique un taux d’éruption de 250 à 350 m3 de lave par seconde.

La production de gaz, en particulier de SO2 (dioxyde de soufre) est toujours importante : des oiseaux morts retrouvés autour du site de l’éruption en ont été les victimes.

  • Kilauea, front de coulée à l’arrêt
Iles d’Hawaii (USA) – Altitude 1222m

Le HVO (Hawaiian Volcano Observatory) nous rapporte que, entre le 17 et le 23 septembre, le niveau du lac de lave monte et descend dans le cratère Halema’uma’u (l’un des cratères du Kilauea).

Le voici de loin, l’air de rien:

Les dépôts de cendres, petites bombes et cheveux de Pelé se poursuivent autour de l’évent. Les petites particules peuvent parcourir plusieurs kilomètres.

Et le voici de près,

Les émissions de gaz restent élevées.

La coulée du 27 juin issue du cratère Pu’u O’o a avancé à la vitesse de 290 mètres par jour du 15 au 17 septembre puis 190 mètres par jour du 17 au 19. Elle continue de causer des feux de forêt localisés. Le 22, la coulée mesurait 16,4 km de long. Le front de coulée est désormais situé dans le secteur d’habitations de Kaohe mais elle ne touche qu’une zone dépourvue d’habitation et recouverte de forêt. Entre le 19 et le 24, la coulée s’est immobilisée, elle est actuellement à 2,3 km de le rue Apa`a. Il faut bien avoir à l’esprit qu’elle est momentanément à l’arrêt et toujours active.

Ah, Kilauea!
Ah, Kilauea!

Cependant, du fait qu’elle se soit arrêtée ces derniers jours, il est difficile de faire des projections quand aux endroits qu’elle pourra atteindre dans les semaines à venir. De nouvelles estimations à ce propos devraient avoir lieu vendredi après survol de la zone par le personnel de l’observatoire.

Le code couleur pour l’aviation reste à orange.

Pour rappel, le cratère Pu’u O’o (zone est du volcan Kilauea) est en activité depuis le 3 janvier 1983. Depuis 31 ans, son activité est sans relâche.

  • Mayon, 24 000 personnes évacuées
Ile de Luçon (Philippine) – Altitude 2462 m

L’activité sismique continue. Du 17 au 23, environ 200 évènements sismiques d’origine volcaniques ont été enregistrés. La nuit, on peut apercevoir des blocs incandescents roulant depuis le secteur de Bonga Gully, ceci indiquant que le dôme de lave en place se déstabilise dans sa partie sud-est. Ces éboulements sont également enregistrés par leur signature sismique, ces dernières démontrent qu’ils sont nombreux (jusqu’à une centaine par jour).

Les nuages masquent souvent le sommet du Mayon mais des panaches blancs ont quand même pu être observés.

Le niveau d’alerte a été porté à 3 (sur une échelle de 1 à 5)

Le PHIVOLCS (Philippine Insitute of Volcanology and Seismology) recommande la mise en application des zones dites PDZ et EDZ qui structurent les plans d’évacuation. La PDZ est zone de danger permanent (Permanent Danger Zone) et s’étend sur un rayon de 6 km autour du volcan. L’EDZ est la zone de danger étendue (Extended Danger Zone) qui s’étend quant à elle sur un rayon de 7 km autour du Mayon.

Le 17 septembre, la presse relate que près de 24 000 personnes ont été évacuées dans un rayon de 8 km.

  • Shishaldin, perdu dans le grand nord
Fox Islands (USA) – Altitude 2857 m

L’AVO (Alaska Volcano Observatory) note que la sismicité enregistrée au Shishladin laisse supposer la poursuite d’une activité de faible niveau sur ce volcan. Le Shishladin est très difficile d’accès et les observations sont souvent rendues impossibles par la couverture nuageuse locale. Les données satellites révèlent de fortes températures au niveau du sommet de ce volcan. De faibles émissions de vapeur ont été enregistrées par une webcam le 17 septembre.

Le code d’alerte pour l’aviation reste à orange.

1106UN

  • Shiveluch, un regain d’activité
Kamchatka, Russie – Altitude 3283m

Entre les 12 et 19 septembre, la mise ne place du dôme du Shiveluch s’accompagne d’explosions, d’avalanches de débris chaudes et d’activité fumerolienne (source : KVERT – Kamchatkan Volcanic Eruption Response Team). Les données satellite montre une anomalie thermique quotidienne (c’est chaud tous les jours). Le 14, une camera a permis d’enregistrer une explosion avec son panache associé. Ce dernier a atteint 6000 m d’altitude et il s’en est suivi une forte émission de vapeur et gaz divers.

Les 24, les explosions entrainent la formation d’un panache de cendres qui atteint 11000 m d’altitude.

Le code d’alerte pour l’aviation est alors porté à rouge.

  • Slamet, le panache qui monte finit toujours par retomber…
Java (Indonésie) – Altitude 3428 m

Du 13 au 16 septembre, des panaches blancs (peu chargés en cendres) atteignent de 50 à 200m de haut au-dessus du cratère du Slamet.

Le 17, une explosion produit un panache gris à noirâtre (donc chargé en cendres) qui s’élève à 1200 m de haut et se propage en direction des sud et sud-ouest. Les retombées de cendres sont observées jusqu’à 20 km au sud. Une autre petite explosion a lieu le lendemain avec un panache de « seulement » 500 m de haut (source PVMBG : Pusat Vulkanologi dans Mitigasi Bencana Geologi).

Le niveau d’alerte reste à 3 (sur une échelle de 1 à 4)

  • Tungurahua, les villages toujours sous les cendres
Equateur – Altitude 5023 m

L’activité reste modérée à forte au Tungurahua (source IG : Instituto Geofisico). Le 18 septembre, la hauteur des panaches, qui se succèdent tout au long de la journée, atteint 2000 m de haut. Ceux-ci se dirigent essentiellement au nord-ouest. Des retombées ont lieu à Cusúa (8 km au NW), Mocha (25 km à l’ouest), et Chacauco (au NW). Le personnel de l’observatoire du Tungurahua (à Guadalupe, 14 km au nord du volcan) rapporte que leurs fenêtres ont tremblé ce jour-là.

Le 19, un autre panache se produit, atteignant également 2000 m de haut et toujours dirigé vers le nord-ouest. La même chose se produit le 20 mais cette fois-ci, la panache n’est pas chargé en cendres, ce n’est qu’un panache de vapeur.

Le 21 et le 22 septembre, des panaches ayant atteint 2500 m de haut entrainent des retombées de cendres dans les secteurs de Manzano (8 km au SW), Choglontus (13 km au WSW), Bilbao (8 km à l’ouest), Cusúa, Coltaló, Cevallos, Quero, Mocha, Tizaleo et Motilones.

  • Zhupanovsky, retombées de cendres
Kamchatka (Russie) – Altitude 2958 m

L’activité explosive du Zhupanovsky se poursuit (source KVERT : Kamchatkan Volcanic Eruption Response Team). Le 13 septembre, les volcanologues postés dans la vallée Nalychevo ont observé des explosions. Ces explosions ont entrainé la formation de panaches de cendres allant jusqu’à 3500 à 4000 m d’altitude et se dirigeant jusqu’à 220 km vers l’est.

Nalychevo

Les images satellites montrent des anomalies thermiques quotidiennes.

Le code pour l’aviation est maintenu à orange.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s