Activité mondiale du 24 au 30 septembre 2014

United Colors of Volcans

 

En début de semaine, j’ai fait le point sur l’entrée en éruption du volcan Ontake.Vous trouverez également sur le Volcablog un article de synthèse sur le volcan Bardarbunga.

J’ai fait le point sur ces deux volcans là puisque « les médias » en ont beaucoup parlé, souvent avec des non sens, des bribes de textes rapportés et mal compris ou…avec un côté volcan-people que, sincèrement,  je trouve un peu lourd à digérer…

Là, ici, maintenant, je voudrais rétablir un semblant de justice volcanique.

L’éruption de l’Ontake n’a en soi, rien d’extraordinaire, si ce n’est, hélas, les nombreuses victimes qu’elle a laissées derrière elle.

J’ai lu souvent cette semaine : « oh, Bardarbunga, Popocatepetl, Ontake : LA PLANETE SE DECHAINE ! Que se passe t’il ??? ». Le planète ne se déchaîne pas plus que les autres semaines. Elle n’a vraiment pas besoin que nous lui photographions les trous qui fument pour se déchaîner.

Bref, on vous balance un nom de volcan et ça y est, il n’y a plus que ce volcan qui existe. Alors justice please ; justice pour les volcans et les hommes qui vivent à leurs proximité.

En effet, pourquoi ne parle t’on pas de ces 54 000 personnes qui vivent dans des abris, évacuées en raison des risques aux abords du volcan Mayon ? Et les 4700 hommes et femmes qui sont dans la même situation aux pieds du Sinabung (en éruption depuis plusieurs mois). Et les autres ? Le Shiveluch a lui aussi connu une importante explosion ! Elle a été à l’origine d’un panache de cendres de 11500 m d’altitude puis d’un nuage de plus de 200 km de large. Mais il ne fera jamais les gros titres. Enfin, pensez aux populations des villages voisins du Tungurahua et qui sont toutes les semaines sous les cendres. Avez vous lu un article de presse sur ce sujet?

Les hommes sont injustes, même avec les volcans.

Donc voilà, Bisounours du monde minéral, je voudrais rétablir la justice volcanologique… Place ici à tous les volcans du monde, actifs, inactifs, connu et inconnu.

Le Volcablog sera United Colors of Volcan!

Tableau 24-30
Tableau récapitulatif – C’est écrit trop petit? Cliquez dessus pour agrandir.

 

  •  Ontakesan, un triste bilan humain
Honshu (Japon) – Altitude 3067m

Carte Japon

Samedi 27 septembre, à 11h52 locales, une éruption phréatique secoue le volcan Ontake. Cette éruption se produit sans qu’on ait pu, hélas, la prévoir et prendre les mesures restrictives adéquates (pour en comprendre les raisons, voir l’article « Ontake: éruption imprévue ? »). En conséquence, plusieurs de randonneurs qui gravissaient ce volcan (un lieu de pèlerinage important du Japon Central) ont été blessés ou tués.

Une activité sismique de 11 minutes a été enregistrée juste avant l’éruption, ainsi qu’un gonflement des flancs du volcan. Mais il était évidemment trop tard pour évacuer. Avant cela, plusieurs séismes avaient eu lieu les 10 et 11 septembre, puis quelques signaux basse fréquence le 14. Dans tout cela cependant, il n’y avait rien de flagrant concernant une éventuelle explosion à venir.

L’éruption a produit un écoulement pyroclastique qui a parcouru plus de 3 km sur le flanc sud du volcan et a été accompagné d’un panache de cendres qui a atteint entre 7000 et 10000km de haut puis s’est dispersé en direction de l’est. Les retombées de cendres ont atteint 50 cm d’épaisseur à proximité du cratère.

Surpris par l’écoulement pyroclastique.

La sismicité est fluctuante mais reste élevée entre les 28 septembre et 1er octobre. Les panaches de gaz et cendres sont toujours présents et atteignent entre 300 et 400 m au-dessus du cratère. Ils se propagent vers l’est et le sud-est. L’éruption est donc bien toujours en cours.

Le 27, jour de l’éruption, trois cents personnes étaient sur le volcan. En date du 1er octobre, on peut dire que 47 personnes ont trouvé la mort ce jour-là. La plus part se trouvait à proximité du sommet. On compte également 70 blessés. Les survivants rapportent avoir été pris sous la pluie des cendres et des blocs, puis avoir été plongé dans une obscurité totale.

Le niveau d’alerte est porté à 3 depuis le 27 septembre.

Sources : JMA – Japan Meteorological Agency, Huffington Post.

  • Sabancaya, activité latente
Pérou – Altitude 5967 m

L’IGP (Instituto Geofisico del Perú) et l’INGEMMET (Instituto Geológico Minero y Metalúrgico) rapportent que la sismicité au Sabancaya reste élevée entre le 24 et le 30 septembre avec la présence de séismes de différentes catégories (longue-période, volcano-tectonique, hybrides). Des panaches de gaz s’élèvent jusqu’à 1000 m au-dessus du cratère. De petites quantités de cendres leur donnent une couleur grisâtre les 26 et 29 septembre.

  • Santa Maria, encore de puissants lahars
Guatemala – Altitude 3772m
PacifiqueEst
Quelques volcans d’Amérique Centrale

Le 24 septembre, un fort épisode pluvieux provoque le déclenchement d’un lahar chaud. Celui-ci descend les pentes du volcan sur le lit d’un affluent du drainage de la rivière Nimá (flanc sud du dôme de lave de Santa Maria).

Il s’agit de la reprise de dépôts que le volcan a produit lors d’éruptions précédentes et non d’une éruption proprement dite. Pour rappel le lahar, c’est un mélange d’eau, de cendres volcaniques et éventuellement de blocs. C’est une coulée de boue volcanique et c’est un phénomène qui peut être très dévastateur.

Au Santa Maria, le lahar du 24 a charrié des troncs et des branches. Il s’en est émané également une forte odeur de soufre. Il faisait 18 m de large et 2 m de profondeur.

Du 27 au 30, ce sont des coulées qui ont recouvert les flancs sud du volcan. Des panaches de gaz ont également été observés (de 400 à 500m de haut).

Source : INSIVUMEH (Instituto Nacional de Sismologia, Vulcanologia, Meteorologia e Hidrologia.

  • Aira, très explosif
Kyushu (Japon) – Altitude 1117 m

Douze explosions ont été enregistrées par la JMA  (Japan Meteorological Agency) sur le cratère Showa (lui-même situé dans la caldeira Aira) pendant la période du 24 au 30 septembre.

Le Sakurajima, dont fait partie la cadlera Aira éjecte encore pas mal de tephras cette semaine et ce jusqu’à une distance de 1300m (du 26 au 29 septembre).

Le 28, une explosion engendre un dense panache de cendres qui s’élève sur 3000 m. Le 27, un pilote observe un panache de cendres à 4300m d’altitude (i.e. environ 3200 m au-dessus du cratère)

Le VAAC (Volcanic Ash Advisory Center) de Tokyo ajoute que les panaches atteignent entre 1800 et 4000m d’altitude pendant cette semaine et se dirigent dans des directions ouest, sud, est ou sud-est.

Le niveau d’alerte reste à 3 (sur une échelle de 1 à 5).

  • Barbarbunga, état stationnaire
Islande – Altitude 2009m

Pour les détails sur ce volcan, voir l’article sur le Volcablog : « Bardarbunga… ou pas ? »

L’IMO (Icelandic Met Office) maintient le code couleur d’alerte pour l’aviation à orange.

Vatnalarge

L’éruption fissurale se poursuit à Holuhraun. Le taux de production de lave reste constant. La surface recouverte par la lave atteint 48 km2 le 30 septembre.

Etendue actuelle du champ de lave (48km2 au /09/14). D'apres une image COSMO SkyMed radar (Italie) Image courtesy of Iceland MET Office and Institute of Earth Sciences.
Etendue actuelle du champ de lave (48km2 au 30/09/14).
D’après des images COSMO SkyMed radar (Italie) et National Land Survey of Iceland Image. Courtesy of Iceland MET Office and Institute of Earth Sciences.

De même la subsidence au niveau de la caldera continue et atteint désormais 27 à 28 m (mesure du 24 septembre): oui, tout de même 28 m d’enfoncement, ce n’est pas rien.

Le 29, le taux de subsidence baisse légèrement pour n’être « que » de 40 cm par jour.

  • Kilauea, front de coulée immobilisé
Iles d’Hawaii (USA) – Altitude 1222m
Ah, Kilauea!
Ah, Kilauea!

Le HVO (Hawaiian Volcano Observatory) nous rapporte que, entre le 23 et le 30 septembre, le niveau du lac de lave monte et descend dans le cratère Halema’uma’u (l’un des cratères du Kilauea).

Les dépôts de cendres, petites bombes et cheveux de Pelé se poursuivent autour de l’évent. Les petites particules peuvent parcourir plusieurs kilomètres.

Les émissions de gaz restent élevées.

La coulée, engendrée par le cratère Pu’u O’o le 27 juin, est toujours active. Le 22 septembre, elle avait parcouru 16,4 km depuis son cratère nourricier.

Toutefois, le front de la coulée s’est immobilisé et l’activité se manifeste désormais en amont de ce front de coulée. Le front est donc toujours situé dans la zone de Kaohe (dans une partie dépourvue d’habitation et recouverte de forêt).

Deux petits lobes de lave, situés en arrière du front de coulée, sont actifs : l’un est situé 125 m en arrière du front. Grace à un survol de la zone, un tube de lave a pu être observé : environ 8 km en amont du front de coulée, la lave rentre dans un réseau de fissure et ressort environ 5 km plus bas.

Print
L’avancée de la coulée du 27/06: au font, le Pu’u O’o, cratère dont elle est issue. Stalled front: front de coulée à l’arrêt. Breakouts: lobes actifs en arrière du front de coulée. A gauche, les habitations (homesteads) de Kaohe. Image courtesy of the U.S. Geological Survey

Le code couleur pour l’aviation reste à orange.

Pour rappel, le cratère Pu’u O’o (zone est du volcan Kilauea) est en activité depuis le 3 janvier 1983. Depuis 31 ans, son activité est sans relâche.

  • Mayon, 54 000 personnes ont quitté leur domicile
Ile de Luçon (Philippine) – Altitude 2462 m

Vous trouverez sur ce lien les cartes de risques pour le volcan Mayon, émises par le PHIVOLCS.

Naitre dans la province d’Albay… Dans cette video, un volcanologue du PHIVOLCS explique ce que pourrait donner l’éruption du Mayon en la comparant à une bouteille de Coca dont les gaz ont été mis sous pression. Vous trouverez également quelques images des centres d’évacuation de la province d’Albany, où se trouve le Mayon.

Entre le 24 et le 30 septembre, le PHIVOLCS (Philippine Insitute of Volcanology and Seismology) rapporte avoir enregistré quotidiennement entre 0 et 9 séismes d’origine tectonique et 1 à 6 chutes de pierres (détectées par leur signature sismique particulière).

Des panaches blancs sont émis et ils se dirigent tantôt vers le sud-ouest, tantôt vers le nord-ouest.

Selon un article de presse, plus de 54 000 personnes ont été évacuées et sont actuellement logées dans des abris.

Le niveau d’alerte reste à 3 (sur une échelle de 0 à 5).

  • Sinabung, 4700 personnes toujours évacuées
Indonésie – Altitude 2460 m

Selon plusieurs articles de presse (Associated Press, Xinhua, Okezone), le 24 septembre à 13h43, un écoulement pyroclastique a dévalé le flanc sud-est du Sinabung. La hauteur du panache associé n’a pu être déterminée en raison de l’importante couverture nuageuse qui a masqué les observations ce jour-là.

Le 30, un nouveau panache est produit à 17h20 et il se laisse voir cette fois-ci : il atteint 2000m de haut et s’accompagne d’un écoulement pyroclastique qui parcourt 3,5 km.

Au Sinabung, ce sont 4700 personnes qui vivent dans des abris en raison de l’ordre d’évacuation de la zone (qui est maintenu).

  • Shiveluch, un nuage de cendres de plus de 200 km de large !
Kamchatka (Russie) – Altitude 3283m

L’extrusion (= mise en place) du dôme de lave sur le flanc nord du Shiveluch s’accompagne de l’émission de cendres ; d’explosions ; d’avalanches de débris chaudes et d’activité fumerolienne (source : KVERT – Kamchatkan Volcanic Eruption Response Team).

Rappelez vous, les dômes : cette répétition de phases de construction et de destruction…

Les images satellites des 18, 22 et 25 septembre révèlent des anomalies thermiques.

De fortes explosions débutent le 24 à 12h38. Elles engendrent la formation d’une série de panaches de cendres qui atteignent 11000 à 115000 m d’attitude. Il en résulte un énorme nuage de cendres (250 par 207 km) qui dérive ensuite vers le nord-nord-est.

Le code couleur pour l’aviation est élevé à rouge puis redescendu à orange le même jour lorsque l’activité explosive s’interrompt.

  • Tungurahua, encore une succession de panaches
Equateur – Altitude 5023 m

Les observations ne sont pas toujours possibles à cause de la couverture nuageuse persistante (source IG : Instituto Geofisico).

Toutefois, l’IG rapporte un nuage de cendres de 1500 m de haut et dérivant vers le nord-ouest le 24 septembre. Les retombées touchent Manzano, Choglontus et Quero (20 km au NW).

Le jour suivant, les panaches atteignent 500 m et se dirigent essentiellement au nord-ouest.

Le 27, on observe un panache de 1000 m de haut et se dispersant vers le sud-ouest cette fois-ci.

  • Zhupanovsky, succession de panaches
Kamchatka (Russie) – Altitude 2958 m

L’activité explosive continue du 18 au 26 septembre (source KVERT : Kamchatkan Volcanic Eruption Response Team). Les 23 et 24, des observateurs locaux rapportent la présence de panaches se dirigeant vers le sud-ouest en direction de la baie d’Avachinsky. Les images satellites des 18, 23 et 24 septembre révèlent des anomalies thermiques ainsi que des panaches de cendres atteignant des altitudes de 3500 à 4000 m et parcourant jusqu’à 80 km tantôt vers le sud-ouest, tantôt vers le nord-est.

Le code couleur pour l’aviation reste à orange.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s