Activité mondiale du 15 au 28 octobre 2014

Braderie d’automne…

Je suis un peu à la bourre, donc aujourd’hui, je vous offre deux semaines d’activité volcanique pour le prix d’une… voici le bilan de l’activité volcanique mondiale et terrestre entre les 15 et 28 octobre.

Et dans la série GLOIRE AU VOLCAN INCONNU, allez donc voir ce qui se passe sur le volcan Cerro Negro de Mayasquer. La forte sismicité dont il est le siège fait crainte l’imminence d’un éruption dans les semaines à venir: le suspens est à son comble!!

tableauFINoct
ableau récapitulatif – C’est écrit trop petit? Cliquez dessus pour agrandir.

 

Accès direct aux textes concernant les volcans de la semaine:

Asosan
Cerro Negro de Mayasquer
Etna
Karangetang Api
Sabancaya
Aira
Bardarbunga
Copahue
Kilauea
Mayon
Ontakesan
Poas
Popocatepetl
Santa Maria
Sinabung
Shishaldin
Shiveluch
Stromboli
Zhupanovsky

  • Asosan, brève eruption
Kyushu (Japon) – Altitude 1592m

 Encore une fois, l’Aso fait partie de ces volcans qui ne sont jamais vraiment à l’arrêt. Le JMA (Japan Meteorological Agency) rapporte qu’une activité sismique (de type trémors) traduit une petite éruption dans le nuit du 22 octobre. Le lendemain, on découvre de la cendre agglutinée sur la webcam situé à proximité du cratère. Lors d’une séance de travail sur le volcan, les volcanologues japonais ont remarqué des retombées de cendres fraiches autour du cratère Nakadake. Tout ceci confirmant évidemment ce que laisser penser les données sismiques.

Le niveau d’alerte est maintenu à 2 (sur une échelle de 1 à 5)

  • Cerro Negro de Mayasquer, une très forte activité sismique
    Frontière Colombie/Equateur – Altitude 4445m

 Le 20 octobre, le Servicio Geologico Colombiano (SGC) enregistre un séisme de magnitude 5,8 au voisinage des volcans Cerro Negro et Chiles et à une profondeur inférieure à 10 km.

Les conséquences immédiates de la série de séismes de cette fin octobre.

Le 21, le SGC élève le niveau d’alerte sur le volcan. En effet, en l’espace de 18 heures, ce sont 4300 séismes qui ont été détectées à des profondeurs comprises entre 3 et 5 km et des magnitudes de 0,2 à 4,5. Les habitants du secteur ont ressenti 11 de ces évènements. Le 22, un rapport note que 7717 séismes ont été enregistrés dans la journée du 21.

 La semaine suivante, la sismicité continue à un rythme soutenu (source : SGC et IGEPN – Instituto Geofísico de la Escuela Politécnica Nacional).

La zone autour des volcans Cerro et Chiles est en alerte orange.

Depuis le 29 septembre, ce sont 81 000 séismes qui ont été détectés, 6300 d’entre eux ont eu lieu le 25 octobre. Les épicentres sont situés entre 2 et 3,5 km au sud de Chiles.

3500 familles ont été évacuées (Chiles, Panam et villages de Mayasquer).

Le niveau d’alerte est orange.

  • Etna, Activité au NSEC
Sicile (Italie) – Altitude 3330m

 Dans l’après-midi du 7 octobre, le nouveau cratère sud-est de l’Etna (ou NSEC : New Southeast Crater) a connu une période d’activité faible et intermittente. Le matériel incandescent est éjecté à quelques dizaines de mètres du cratère. Les cendres fines sont rapidement dispersées par le vent.

  •  Karangetang Api, panaches…
Ile Siau (Indonésie) – Altitude 1784 m

 Le 20 octobre, des panaches de cendres s’échappent du Karangetang, ils atteignent 3000 m d’altitude et se dispersent 75 km vers le NW (analyses d’images satellites par le Darwin Volcanic Ash Advisory Center)

  •  Sabancaya, cendres ou pas cendres ?
Pérou – Altitude 5967 m

 Du 21 au 27 octobre, l’activité sismique est faible et sporadique. Des panaches blancs s’élèvent jusqu’à 1200 m au-dessus du cratère (source : IGP – Instituto Geofisico del Perú). Un pilote d’avion rapporte avoir vu un panache de cendres s’échapper du Sabancaya et se diriger vers l’est. Cependant, le VAAC de Buenos Aires indique qu’aucune émission de cendres n’a été détectée sur les images satellites ce jour-là. La webcam in situ montre des émissions de gaz et de vapeur avec vraisemblablement de la cendre très diffuse. La même chose se reproduit le 25, un pilot rapporte avoir vu des cendres se dirigeant vers l’est mais les images satellites ne les ont, encore une fois, pas détectées.

  • Aira, explosions et panaches
Kyushu (Japon) – Altitude 1117 m

 Du 14 au 17 octobre, 3 explosions sont enregistrées sur le cratère Showa, dans la caldera Aira sur le volcan Sakurajima (source JMA : Japan Meteorological Agency). Ces explosions ont été à l’origine de l’éjection de tephras jusqu’à 1300 m de distance. Les 16, 18 et 21 octobre, le VAAC (Volcanic Ash Advisory Center) de Tokyo rapporte la présence de panaches de cendres s’élevant de 1800 à 3000 m d’altitude.

Deux explosions ont également lieu entre le 20 et le 24 octobre sur le cratère Showa. Celle du 24 a entrainé la formation d’un panache entre 3000 et 4600m de haut et si dirigeant vers l’est. La hauteur des panaches émis baisse à 2700m les 25-26 puis 2400 le 28.

 Le niveau d’alerte est maintenu à 3 (sur une échelle de 1 à 5)

  •  Barbarbunga, aucun répit depuis plus de deux mois
Islande – Altitude 2009m

Du 15 au 28 octobre, l’IMO (Icelandic MET Office) maintient l’alerte orange pour l’aviation du fait de l’activité incessante sur la fissure éruptive de Holuhraun. La subsidence de la caldera continue à un rythme de 30 à 40 cm par jour, ce qui n’est pas négligeable. La subsidence se concentre désormais dans le NE de la caldera et le volume totale de celle-ci, en date du 15 octobre, était estimé à 0,75 km3.

Le 18 octobre, un séisme de magnitude 5,4 est détecté au nord du Bardarbunga. C’est l’un des plus important enregistré depuis le début de l’éruption.

La production de lave sur la fissure éruptive de Holuhraun continue à un taux inchangé. Le 27 octobre, la surface recouverte par la lave depuis le début de l’éruption est de 64,6 km2.

Dans la semaine du 22 au 28, l’activité se concentre sur l’évent principal, appelé cratère Baugur. Celui-ci atteignait 80 m de haut le 24 octobre.

Le cratere Baugur, ici en septembre de cette année.

La subsidence au niveau de la caldera se poursuit également dans la semaine du 22 au 28. Un survol de la zone effectué le 24 permet de la mesurer : elle a atteint 40 m ! Le 27, des mesures géothermales montrent que la température des eaux souterraines a augmenté.

En un mot, durant les deux semaines qui viennent de s’écouler, l’activité sur le Bardarbunga est persistante et ne connaît pas de répit.

  •  Copahue, explosions en série.
Frontière Chili/Argentine – Altitude 2953 m

 Le 15 octobre, 4 explosions sont enregistrées et des panaches de cendres gris s’élèvent jusqu’à 300 m au-dessus du cratère El Agrio (source : SERNAGEOMIN – Servicio Nacional de Geologia y Mineria). Le 17, les panaches sont blancs (donc quasiment dépourvus de cendres) et atteignent 100 m de haut. Le 18, l’activité sismique est faible.

Le 19 marque un regain d’activité avec 6 explosions et la production de panaches de cendres atteignant, cette fois-là encore, 300 m de haut. Le 20 octobre, le Copahue est secoué par une série de 12 explosions.

Le 24, le SERNAGEOMIN rapporte une tendance à la baisse de la sismicité avec également des émissions de tephras beaucoup plus sporadiques et diffuses et concernant seulement quelques panaches.

Un petit lac de boue s’est formé dans le cratère.

 Le SERNAGEOMIN baisse le niveau d’alerte à jaune et recommande de ne pas pénétrer dans la zone située dans un rayon de 3 km autour du cratère.

  •  Kilauea, la commune de Pahoa touchée par la coulée du 27/06
Iles d’Hawaii (USA) – Altitude 1222m

 Le HVO (Hawaiian Volcano Observatory) nous rapporte que, entre le 15 et le 21 octobre, le niveau du lac de lave monte et descend occasionnellement dans le cratère Halema’uma’u (l’un des cratères du Kilauea). Les dépôts de cendres, petites bombes et cheveux de Pelé (tephras) se poursuivent autour de l’évent. Les petites particules peuvent parcourir plusieurs kilomètres.

Les émissions de gaz restent élevées (source HVO – Hawaiian Volcano Observatory).

La coulée du 27 juin, issue du cratère Pu’u O’o poursuit sa progression. Le 22, un écoulement étroit (moins de 50 m de large) se détache de la coulée principal et s’engage dans une ravine. Sa vitesse est variable mais peut parfois atteindre 300 m par jour (ce qui est beaucoup).

Aux environs de 3h50 le 25 octobre, la coulée du 27 juin traverse la rue Apa’a (ville de Pāhoa, disctrict de Puna) puis continue sa progression en direction de la ville de Pahoa. Durant la matinée du 25, la coulée s’est avancée en direction du cimetière puis a tourné vers le SE. Le 27, la coulée est à environ 570 m de la rue principale de Pahoa. Le 28, vers 2h00, elle pénètre, pour la première fois depuis le début de son parcourt, dans une propreté privée. A 17h30, elle n’est plus qu’à 310 m de la rue principale et 900 m (en ligne droite) de l’autoroute n°130.

Hawaï: la coulée traverse la rue Apa’a (commune de Pahoa) Image courtesy of HVO/US Geological Survey
Hawaï: la coulée traverse la rue Apa’a (commune de Pahoa)
Image courtesy of HVO/US Geological Survey

Pahoa compte entre 800 et 900 habitants. L’école et plusieurs routes ont été fermées. Des travaux sont en cours pour réaliser des routes temporaires ainsi que des barrages pour essayer de détourner la coulée de l’autoroute 130.

Le code couleur pour l’aviation reste à orange.

Pour rappel, le cratère Pu’u O’o (zone est du volcan Kilauea) est en activité depuis le 3 janvier 1983. Depuis 31 ans, son activité est sans relâche.

  • Mayon, l’activité continue mais plus clamement
Ile de Luçon (Philippine) – Altitude 2462 m

 Du 14 au 28 octobre, ce sont des panaches blancs (dépourvus de cendres) qui s’élèvent au-dessus du cratère du Mayon (source : PHIVOLCS – Philippine Insitute of Volcanology and Seismology). Des chutes de blocs ont lieu le 14, du 23 au 25 et le 28 et sont détectées par leur signature sismique. Entre le 18 et le 21 des séismes d’origine volcanique sont enregistrés. Une nouvelle coulée est repérée lors d’un survol de la zone, elle mesure environ 400 m de long le 20 octobre.

Le niveau d’alerte est maintenu à 3 (sur une échelle de 0 à 5)

  • Ontakesan, l’hiver interrompt les recherches
Honshu (Japon) – Altitude 3067m

 Entre le 15 et le 28 octobre, la couverture nuageuse rend les observations difficiles sur le volcan Ontake (source : JMA – Japan Meteorological Agency). Seuls des panaches blancs sont observés entre les 16 et 19 octobre, ils atteignent au maximum 600 m de haut et se dispersent vers le NE ou SE.

Entre le 22 et le 28 octobre, la couverture nuageuse empêche souvent toute observation mais lorsque celles-ci sont possibles, on ne voit toujours que quelques panaches blancs s’élevant entre 100 et 300 m au-dessus du cratère. La sismicité est faible.

Les recherches des 7 personnes toujours portées disparues ont été interrompues en raison des conditions hivernales qui s’installent dans la région. Elles reprendront au printemps.

Le bilan de l’éruption du 27 septembre, est donc toujours de 56 tués et 7 disparus.

Malgré ces signes d’une relative accalmie, le niveau d’alerte est maintenu à 3 (sur une échelle de 1 à 5).

  •  Poás, une éruption phréatique
Costa Rica – Altitude 2708 m

 L’ l’OVSICORI-UNA (Observatorio Vulcanologico y Sismologico de Costa Rica – Univsersidad Nacional) rapporte qu’une éruption phréatique (voir DICO) a été enregistrée sur le Poás le 13 octobre à 8h58. Elle a duré une minute et demie et des matériaux issus de cette éruption ont été éjectés jusqu’à 250 m en dessous du lac de cratère. Des retombées de cendres ont également été observées.

  • Popocatépetl
Mexique – Altitude 5426 m

 Le 14 octobre, lors d’un survol du cratère du Popocatépetl, les volcanologues ont pu constater que le cratère formé en juillet 2013 s’était agrandi de 350 m (source : CENAPRED – Centro Nacional de Prevencion de Desastres). Le sommet de ce nouveau cratère se situe 100 m en dessous du cratère principal. Le dôme mis en place à partir d’août de cette année n’était pas visible à ce moment-là. L’activité se manifeste cette semaine par l’émission de vapeur, de gaz et occasionnellement de petites quantités de cendres.

Deux explosions de faible intensité sont détectées les 17 et 19 octobre.

Du 22 au 28 octobre, les émissions de vapeur, gaz et de petites quantités de cendres se poursuivent. Une petite explosion a lieu le 25 et provoque l’éjection de tephras jusqu’a 100 m sur le flanc sud du volcan et la formation d’un panache de vapeur et de gaz s’élevant à 1500 m au-dessus du cratère et se dispersant vers le SW. Des retombées de cendres sont rapportées à Tetela del Volcán (20 km au SW).

Le 26, une nouvelle explosion a lieu, les tephras parcourent 200 m sur le flanc nord et le panache (toujours peu chargé en cendres) atteint 1100 m et se disperse au NW

  •  Santa Maria,
Guatemala – Altitude 3772 m

 Les 22 et 23 octobre, des avalanches se produisent au front de la coulée active située sur le flanc sud du volcan (les front de coulée sont toujours assez instable et il est fréquent que des « éboulis » s’y produisent). La partie la plus active de la coulée se dirige vers le sud. Des explosions phréatiques (rencontre de magma et d’eau) ont lieu dans le milieu et les parties basses de la coulée (source : INSIVUMEH  – Instituto Nacional de Sismologia, Vulcanologia, Meteorologia e Hidrologia).

Le 24, un lahar descend sur le flanc SW du volcan, charriant des blocs de 1 à 2 m de diamètre.

Les 25 et 26, un épais nuage blanc s’élève à 500 m au-dessus du cratère puis se disperse vers le SW.

  •  Sinabung, éruptions casi-quotidiennes
Indonésie – Altitude 2460 m

 Du 15 au 20 octobre, on peut observer quotidiennement de petites éruptions sur le Sinabung. Ces éruptions entraînent la formation de panaches de cendres allant jusqu’à une altitude de 4300 m et se dirigeant 55 km au NW du 15 au 17 octobre puis vers le ESE le 19.

Du 23 au 24 octobre, les panaches de cendres se dispersent de 15 à 40 km vers le nord et le SW. Une petite éruption est observée le 25 et produit une petite quantité de cendres avec un panache se dispersant 30 km WNW.(source : VAAC de Darwin – Volcanic Ash Advisory Center). D’autres éruptions génèrent des panaches les 26 et 27. Le 27, le PVMBG note que le panache a atteint 5500 m d’altitude avant de se dissiper.

Enfin, le BNPB note que l’activité est importante le 27 et que le 26 des écoulements pyroclastiques ont dévalé le flanc sud sur 3,5 km.

3284 personnes (soit 1018 familles) ont été évacuées et vivent toujours dans des campements.

  • Shishaldin
Fox Islands (USA) – altitude 2857 m

 La sismicité indique qu’une éruption de faible intensité se poursuit au Shishaldin (source : AVO – Alaska Volcano Observatory). Une anomalie thermique est régulièrement détectée par satellite (dès que la couverture nuageuse se délite et que les observations sont possibles). L’activité sismique traduit, quant à elle, des explosions, occasionnelles et de faible ampleur.

Toutefois, l’activité sismique marque une augmentation le augmente le 25, laquelle s’accompagne de l’élévation des températures de surfaces au sommet (mesurée sur les images satellites). Le 26, un dépôt de tephras était visible au sommet (sur la webcam) et à quelques centaines de mètres de celui-ci, traduisant un évènement de relativement haute énergie .

Le code couleur pour l’aviation reste à orange.

  • Shiveluch
Kamchatka (Russie) – Altitude 3283m

L’extrusion (= mise en place) du dôme de lave sur le flanc nord du Shiveluch continue et s’accompagne d’explosions, de production de cendres, d’avalanches de débris chaudes et d’une activité fumerolienne (source : KVERT – Kamchatkan Volcanic Eruption Response Team). Une anomalie thermique est détectée par satellite au niveau du dôme Les 10, 11, 15 , 17, 20 et 22 octobre. Les nuages masquent le volcan les autres jours.

 Le code couleur pour l’aviation reste à orange.

  • Stromboli, tellement « strombolien »
Iles éoliennes (Italie) – Altitude 924 m

Durant les deux mois qui viennent de s’écouler, l’activité sur le Stromboli s’est poursuivie depuis un évent situé à 650 m d’altitude (source : INGV – ). Les coulées s’étendent jusqu’à la partie basse de la Sciara del Fuoco. Durant les semaines qui viennent de s’écouler, on a également pu observer de sporadiques émissions de cendres depuis les évents situés à proximité du sommet.

  • Zhupanovsky,
Kamchatka – Altitude 2899 m

L’éruption explosive du Zhupanovsky se poursuit du 10 au 24 octobre (source : KVERT : Kamchatkan Volcanic Eruption Response Team). Les données satellite ont permis de détecter une anomalie thermique et des panaches de cendres. L’un de ces panaches a atteint 9000 m d’altitude le 11 octobre et s’est dispersé jusqu’à 411 km au NE les 11 et 12. La couverture nuageuse rend les observations impossibles les autres jours.

Le code couleur pour l’aviation civile reste à orange.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s