Activité mondiale du 29 octobre au 4 novembre 2014

Turrialba ! ! ! !

Pendant les deux semaines qui viennent de passer, nous guettions l’activté sismique du Cerro Negro de Mayasquer, ce volcan situé à la frontière entre la Colombie et l’Equateur. Et bien ce n’est pas de là qu’est venue l’éruption de la semaine mais d’un volcan costaricain: le Turrialba. Lui aussi connaissait une forte sismique depuis le mois de septembre, et cette semaine, c’est le volcan vedette de cette rubrique !

Petite mise en bouche:

(la journaliste évoque plusieurs volcans du Costa Rica, et le fait que ce petit pays soit intensément volcanique)

Avec le Popocatépetl et le Santa Maria, cela denote de la très grande forme des volcans sud-américains (était-il besoin de le rappeler?)

Tableau récapitulatif – C’est écrit trop petit? Cliquez dessus pour agrandir.
Tableau récapitulatif – C’est écrit trop petit? Cliquez dessus pour agrandir.

Accès direct aux textes concernant les volcans de la semaine:

Turrialba
Aira
Bardarbunga
Kilauea
Mayon
Ontakesan
Popocatepetl
Santa Maria
Sinabung
Shiveluch
Zhupanovsky

  • Turrialba, la physionomie du volcan chamboulée
Costa Rica – Altitude 3340 m

L’activité sismique sur le Turrialba a commencé à augmenter dès le mois de septembre, à la mi-octobre des séismes se sont produits en série (source : OVSICORI-UNA – Observatorio Vulcanologico y Sismologico de Costa Rica – Univsersidad Nacional). Le séisme le plus important a eu lieu le 16 octobre (magnitude : 2,8) et se situait à 5 km de profondeur ; sous le cratère actif du Turrialba.

Les émissions de gaz se sont intensifiées les 28 et 29 octobre. Le taux de SO2 était de 2000 tonnes produites chaque jour.

Le matin du 29 octobre, le signal sismique s’intensifie encore un peu plus, il continue d’augmenter l’après-midi puis le soir. Un observateur sur place rapporte que le panache était plus foncé que d’habitude et devait donc être chargé en cendres. A 23h10, une petite éruption phréato-magmatique se produit sur le cratère ouest, elle dure 25 minutes et se termine par une violente explosions, entendues dans les villages avoisinants. Un panache de cendres se forme et se dirige vers le WSW.

Panache au-dessus du Turrialba

Des retombées de cendres sont rapportées à San Gerardo de Irazú, San Ramón de Tres Ríos, Coronado, Moravia, Curridabat, Desamparados, Aserrí, Escazú, Santa Ana, Belén, Guácima de Alajuela, Río Segundo de Alajuela, San Pedro Montes de Oca, Guadalupe, dans le secteur de Heredia, et à San José, la capitale (70 km à l’ouest).

Cette éruption a provoqué la destruction du mur rocheux qui était présent entre le cratère ouest et le cratère central. Cela a entrainé des dépôts tout autour du cratère central ainsi que l’enfouissement partiel de ce dernier.

Selon les journaux, 11 personnes ont été évacuées depuis Santa Cruz de Turrialba vers des centres national et le Parc National du volcan Turrialba a été fermé. Des écoles ont également été fermées temporairement (300 élèves concernés).

L’éruption a continué les 30 et 31 octobre. Le magma n’avait pas rejoint la surface sur le Turrialba depuis 1866.Le 1er novembre, une nouvelle explosion entraine la formation d’un panache de cendres.

Le 3 novembre, un rapport fait état d’une diminution significative de la sismicité, ainsi que l’absence d’explosion durant les 24 heures qui viennent de s’écouler. La sismicité reste cependant à un niveau supérieur à la normale.

  • Aira, panaches sur stratovolcan
Kyushu (Japon) – Altitude 1117 m

Le Tokyo VAAC (Volcanic Ash Advisory Center) rapporte une explosion le 1er novembre sur le cratère Showa (caldera Aira, volcan Sakurajima) et plusieurs le 2, ayant entrainé la formation de panaches de cendres atteignant 2400 à 3000 m d’altitude et se dispersant vers l’est et le SE. Les 3 et 4 novembre, les panaches atteignent 3000 à 3700 m d’attitude et se dirigent vers le sud et l’ouest.

  • Barbarbunga, stable dans sa fureur
Islande – Altitude 2009m

Du 29 octobre au 4 novembre, l’IMO (Icelandic MET Office) maintient l’alerte orange pour l’aviation du fait de l’activité incessante sur la fissure éruptive de Holuhraun. La subsidence de la caldera se poursuit, sa profondeur cumulée était de 42 m le 31 octobre.

Diapositive1

Ce même jour, la surface mesurée du champ de lave est de 65,7 km2 (totalité de surface de lave émise depuis le début de l’éruption).

  •  Kilauea, la coulée s’invite chez les gens…
Iles d’Hawaii (USA) – Altitude 1222m
Etat de l'avancée de la couée dans le village de Pāhoa, le 5 novembre 2014. Image courtesy of HVO/US Geological Survey
Etat de l’avancée de la coulée dans le village de Pāhoa, le 5 novembre 2014.
Image courtesy of HVO/US Geological Survey

 

Le HVO (Hawaiian Volcano Observatory) nous rapporte que, entre le 29 octobre et le 4 novembre, le niveau du lac de lave monte et descend occasionnellement dans le cratère Halema’uma’u (l’un des cratères du Kilauea).

Les dépôts de cendres, petites bombes et cheveux de Pelé (tephras) se poursuivent autour de l’évent. Les petites particules peuvent parcourir plusieurs kilomètres.

Les émissions de gaz restent élevées (source HVO – Hawaiian Volcano Observatory).

La coulée du 27 juin est toujours active sur sa portion NE, en particulier aux abords du cimetière de Pahoa. Elle provoque des feux de forêt ainsi que de bruyants dégagements de méthane. Le 31 octobre, à 16h45, une partie de la coulée pénètre dans une zone résidentielle. L’intérieur de la coulée ne cesse d’être alimenté et donc de gonfler.

Feux de forêt au passage de la coulée.

Le code couleur pour l’aviation reste à orange.

Pour rappel, le cratère Pu’u O’o (zone est du volcan Kilauea) est en activité depuis le 3 janvier 1983. Depuis 31 ans, son activité est sans relâche.

  • Mayon, gonflement sur le flanc NW
Ile de Luçon (Philippine) – Altitude 2462 m

Du 29 octobre au 4 novembre, ce sont des panaches blancs (dépourvus de cendres) qui s’élèvent au-dessus du cratère du Mayon (source : PHIVOLCS – Philippine Insitute of Volcanology and Seismology).

Etonnant volcan et étonnante coulée… Le Mayon est un volcan … étonnant!

Quelques séismes d’origine volcaniques et d’autres dus à des chutes de pierres sont enregistrées du 29 au 31 octobre ainsi que le 4 novembre. La déformation du flanc NW se poursuit depuis le début de l’année (il s’agit d’un gonflement du flanc). Ce gonflement est considéré comme l’expression de la présence d’une poche de magma, d’approximativement 107 m3 et qui s’introduit doucement en profondeur.

Le niveau d’alerte est maintenu à 3 (sur une échelle de 0 à 5).

  • Ontakesan, statu quo
Honshu (Japon) – Altitude 3067m

Entre le 29 octobre et le 4 novembre, la couverture nuageuse rend les observations difficiles sur le volcan Ontake (source : JMA – Japan Meteorological Agency). Seuls des panaches blancs sont observés les 29 et 30 octobre ainsi que le 4 novembre, ils atteignent entre 100 et 300 m de haut et se dispersent vers le NE ou SE.

 

Le bilan de l’éruption du 27 septembre, est toujours de 56 tués et 7 disparus.

Le niveau d’alerte est maintenu à 3 (sur une échelle de 1 à 5).

  • Popocatépetl, explosif
Mexique – Altitude 5426 m

Du 29 octobre au 4 novembre, l’activité sismique sur le Popocatépetl traduit l’émission de vapeur, gaz et de petites quantités de cendres (source : CENAPRED – Centro Nacional de Prevencion de Desastres).

Le réseau sismique a également permis de détecter 9 explosions les 29 et 30 octobre et 2 le 31 octobre. Les panaches de cendres se sont élevés jusqu’à 1200 m et se sont dispersés vers le SW.

Les explosions se succèdent sur le Popocatépetl

Le 1er novembre, les panaches atteignent 1000 m de haut et se dirigent vers l’est, ils se dirigent vers le SW le 3 novembre. Périodiquement, dans la journée du 4 novembre, des tephras incandescents sont éjectés à 600 m de distance vers le nord ou l’est.

  •  Santa Maria, toujours dans le rouge
Guatemala – Altitude 3772 m
Palajunoj, aux pieds du Santa Maria
Palajunoj, aux pieds du Santa Maria

Entre le 1er et le 4 novembre, des panaches de cendres se sont élevés jusqu’à 500 m de haut depuis la zone active (flanc sud du complexe Santiaguito). Le 3 et le 4, des explosions ont lieu. Des retombées sont observées à Monte Claro (S) et dans la région montagneuse du village de Palajunoj (18 km au SSW).

Source : INSIVUMEH  – Instituto Nacional de Sismologia, Vulcanologia, Meteorologia e Hidrologia.

  •  Sinabung, panaches et écoulements pyroclastiques
Indonésie – Altitude 2460 m

Sur la base des observations d’un pilote d’avion, un panache de cendres est localisé le 2 novembre. Cependant, la couverture nuageuse en rend le suivi difficile (source : VAAC de Darwin – Volcanic Ash ).

Le 3 novembre, un écoulement pyroclastique et un panache de cendres se produisent. Le panache atteint 4600 m d’altitude et se disperse vers le NE (cette altitude est estimée, elle n’est pas certaine, toujours à cause de l’importante couverture nuageuse).

Le 4 novembre, la webcam permet de détecter un nouveau panache qui s’élève à 4300 m et se disperse en direction du nord.

  • Shiveluch, dim dam dôme
Kamchatka (Russie) – Altitude 3283m

L’extrusion (= mise en place) du dôme de lave sur le flanc nord du Shiveluch continue et s’accompagne d’explosions, de production de cendres, d’avalanches de débris chaudes et d’une activité fumerolienne (source : KVERT – Kamchatkan Volcanic Eruption Response Team).

Cette video évoque les Shiveluch et Zhupanovsky… rien que pour le plaisir d’entendre ces noms prononcés en russe…

Une anomalie thermique est détectée sur les images satellites des 27, 29 et 30 octobre. La couverture nuageuse empêche toute observations les autres jours.

De fortes explosions ont lieu des 28 et 30 octobre, provoquant la formation de panaches de cendres allant jusqu’à 11000 m d’altitude le 28 et entre 7000 et 8000 m le 30.

Ces panaches se sont dispersés jusqu’à 500 km en direction du nord-est.

Le code couleur pour l’aviation reste à orange.

  •  Zhupanovsky, complètement à l’arrêt ?
Kamchatka – Altitude 2899 m

Le KVERT (Kamchatkan Volcanic Eruption Response Team) a présenté ses conclusions cette semaine : l’éruption au Zhupanovsky semble s’être terminée à la mi-octobre.

Le dernier signe d’activité date des 11 et 12 octobre (avec une explosion le 11 et une anomalie thermique le 12). Des volcanologues ont procédé à un survol de la zone le 17 octobre : la cratère actif n’émettait plus que gaz er vapeur.

En conséquence, Le code couleur pour l’aviation civile est abaissé de orange à jaune.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s