Archives du mot-clé Batu Tara

Activité mondiale du 29 octobre au 4 novembre 2014

Turrialba ! ! ! !

Pendant les deux semaines qui viennent de passer, nous guettions l’activté sismique du Cerro Negro de Mayasquer, ce volcan situé à la frontière entre la Colombie et l’Equateur. Et bien ce n’est pas de là qu’est venue l’éruption de la semaine mais d’un volcan costaricain: le Turrialba. Lui aussi connaissait une forte sismique depuis le mois de septembre, et cette semaine, c’est le volcan vedette de cette rubrique !

Petite mise en bouche:

(la journaliste évoque plusieurs volcans du Costa Rica, et le fait que ce petit pays soit intensément volcanique)

Avec le Popocatépetl et le Santa Maria, cela denote de la très grande forme des volcans sud-américains (était-il besoin de le rappeler?)

Tableau récapitulatif – C’est écrit trop petit? Cliquez dessus pour agrandir.
Tableau récapitulatif – C’est écrit trop petit? Cliquez dessus pour agrandir.

Accès direct aux textes concernant les volcans de la semaine:

Turrialba
Aira
Bardarbunga
Kilauea
Mayon
Ontakesan
Popocatepetl
Santa Maria
Sinabung
Shiveluch
Zhupanovsky

  • Turrialba, la physionomie du volcan chamboulée
Costa Rica – Altitude 3340 m

L’activité sismique sur le Turrialba a commencé à augmenter dès le mois de septembre, à la mi-octobre des séismes se sont produits en série (source : OVSICORI-UNA – Observatorio Vulcanologico y Sismologico de Costa Rica – Univsersidad Nacional). Le séisme le plus important a eu lieu le 16 octobre (magnitude : 2,8) et se situait à 5 km de profondeur ; sous le cratère actif du Turrialba.

Les émissions de gaz se sont intensifiées les 28 et 29 octobre. Le taux de SO2 était de 2000 tonnes produites chaque jour.

Le matin du 29 octobre, le signal sismique s’intensifie encore un peu plus, il continue d’augmenter l’après-midi puis le soir. Un observateur sur place rapporte que le panache était plus foncé que d’habitude et devait donc être chargé en cendres. A 23h10, une petite éruption phréato-magmatique se produit sur le cratère ouest, elle dure 25 minutes et se termine par une violente explosions, entendues dans les villages avoisinants. Un panache de cendres se forme et se dirige vers le WSW.

Panache au-dessus du Turrialba

Des retombées de cendres sont rapportées à San Gerardo de Irazú, San Ramón de Tres Ríos, Coronado, Moravia, Curridabat, Desamparados, Aserrí, Escazú, Santa Ana, Belén, Guácima de Alajuela, Río Segundo de Alajuela, San Pedro Montes de Oca, Guadalupe, dans le secteur de Heredia, et à San José, la capitale (70 km à l’ouest).

Cette éruption a provoqué la destruction du mur rocheux qui était présent entre le cratère ouest et le cratère central. Cela a entrainé des dépôts tout autour du cratère central ainsi que l’enfouissement partiel de ce dernier.

Selon les journaux, 11 personnes ont été évacuées depuis Santa Cruz de Turrialba vers des centres national et le Parc National du volcan Turrialba a été fermé. Des écoles ont également été fermées temporairement (300 élèves concernés).

L’éruption a continué les 30 et 31 octobre. Le magma n’avait pas rejoint la surface sur le Turrialba depuis 1866.Le 1er novembre, une nouvelle explosion entraine la formation d’un panache de cendres.

Le 3 novembre, un rapport fait état d’une diminution significative de la sismicité, ainsi que l’absence d’explosion durant les 24 heures qui viennent de s’écouler. La sismicité reste cependant à un niveau supérieur à la normale.

  • Aira, panaches sur stratovolcan
Kyushu (Japon) – Altitude 1117 m

Le Tokyo VAAC (Volcanic Ash Advisory Center) rapporte une explosion le 1er novembre sur le cratère Showa (caldera Aira, volcan Sakurajima) et plusieurs le 2, ayant entrainé la formation de panaches de cendres atteignant 2400 à 3000 m d’altitude et se dispersant vers l’est et le SE. Les 3 et 4 novembre, les panaches atteignent 3000 à 3700 m d’attitude et se dirigent vers le sud et l’ouest.

  • Barbarbunga, stable dans sa fureur
Islande – Altitude 2009m

Du 29 octobre au 4 novembre, l’IMO (Icelandic MET Office) maintient l’alerte orange pour l’aviation du fait de l’activité incessante sur la fissure éruptive de Holuhraun. La subsidence de la caldera se poursuit, sa profondeur cumulée était de 42 m le 31 octobre.

Diapositive1

Ce même jour, la surface mesurée du champ de lave est de 65,7 km2 (totalité de surface de lave émise depuis le début de l’éruption).

  •  Kilauea, la coulée s’invite chez les gens…
Iles d’Hawaii (USA) – Altitude 1222m
Etat de l'avancée de la couée dans le village de Pāhoa, le 5 novembre 2014. Image courtesy of HVO/US Geological Survey
Etat de l’avancée de la coulée dans le village de Pāhoa, le 5 novembre 2014.
Image courtesy of HVO/US Geological Survey

 

Le HVO (Hawaiian Volcano Observatory) nous rapporte que, entre le 29 octobre et le 4 novembre, le niveau du lac de lave monte et descend occasionnellement dans le cratère Halema’uma’u (l’un des cratères du Kilauea).

Les dépôts de cendres, petites bombes et cheveux de Pelé (tephras) se poursuivent autour de l’évent. Les petites particules peuvent parcourir plusieurs kilomètres.

Les émissions de gaz restent élevées (source HVO – Hawaiian Volcano Observatory).

La coulée du 27 juin est toujours active sur sa portion NE, en particulier aux abords du cimetière de Pahoa. Elle provoque des feux de forêt ainsi que de bruyants dégagements de méthane. Le 31 octobre, à 16h45, une partie de la coulée pénètre dans une zone résidentielle. L’intérieur de la coulée ne cesse d’être alimenté et donc de gonfler.

Feux de forêt au passage de la coulée.

Le code couleur pour l’aviation reste à orange.

Pour rappel, le cratère Pu’u O’o (zone est du volcan Kilauea) est en activité depuis le 3 janvier 1983. Depuis 31 ans, son activité est sans relâche.

  • Mayon, gonflement sur le flanc NW
Ile de Luçon (Philippine) – Altitude 2462 m

Du 29 octobre au 4 novembre, ce sont des panaches blancs (dépourvus de cendres) qui s’élèvent au-dessus du cratère du Mayon (source : PHIVOLCS – Philippine Insitute of Volcanology and Seismology).

Etonnant volcan et étonnante coulée… Le Mayon est un volcan … étonnant!

Quelques séismes d’origine volcaniques et d’autres dus à des chutes de pierres sont enregistrées du 29 au 31 octobre ainsi que le 4 novembre. La déformation du flanc NW se poursuit depuis le début de l’année (il s’agit d’un gonflement du flanc). Ce gonflement est considéré comme l’expression de la présence d’une poche de magma, d’approximativement 107 m3 et qui s’introduit doucement en profondeur.

Le niveau d’alerte est maintenu à 3 (sur une échelle de 0 à 5).

  • Ontakesan, statu quo
Honshu (Japon) – Altitude 3067m

Entre le 29 octobre et le 4 novembre, la couverture nuageuse rend les observations difficiles sur le volcan Ontake (source : JMA – Japan Meteorological Agency). Seuls des panaches blancs sont observés les 29 et 30 octobre ainsi que le 4 novembre, ils atteignent entre 100 et 300 m de haut et se dispersent vers le NE ou SE.

 

Le bilan de l’éruption du 27 septembre, est toujours de 56 tués et 7 disparus.

Le niveau d’alerte est maintenu à 3 (sur une échelle de 1 à 5).

  • Popocatépetl, explosif
Mexique – Altitude 5426 m

Du 29 octobre au 4 novembre, l’activité sismique sur le Popocatépetl traduit l’émission de vapeur, gaz et de petites quantités de cendres (source : CENAPRED – Centro Nacional de Prevencion de Desastres).

Le réseau sismique a également permis de détecter 9 explosions les 29 et 30 octobre et 2 le 31 octobre. Les panaches de cendres se sont élevés jusqu’à 1200 m et se sont dispersés vers le SW.

Les explosions se succèdent sur le Popocatépetl

Le 1er novembre, les panaches atteignent 1000 m de haut et se dirigent vers l’est, ils se dirigent vers le SW le 3 novembre. Périodiquement, dans la journée du 4 novembre, des tephras incandescents sont éjectés à 600 m de distance vers le nord ou l’est.

  •  Santa Maria, toujours dans le rouge
Guatemala – Altitude 3772 m
Palajunoj, aux pieds du Santa Maria
Palajunoj, aux pieds du Santa Maria

Entre le 1er et le 4 novembre, des panaches de cendres se sont élevés jusqu’à 500 m de haut depuis la zone active (flanc sud du complexe Santiaguito). Le 3 et le 4, des explosions ont lieu. Des retombées sont observées à Monte Claro (S) et dans la région montagneuse du village de Palajunoj (18 km au SSW).

Source : INSIVUMEH  – Instituto Nacional de Sismologia, Vulcanologia, Meteorologia e Hidrologia.

  •  Sinabung, panaches et écoulements pyroclastiques
Indonésie – Altitude 2460 m

Sur la base des observations d’un pilote d’avion, un panache de cendres est localisé le 2 novembre. Cependant, la couverture nuageuse en rend le suivi difficile (source : VAAC de Darwin – Volcanic Ash ).

Le 3 novembre, un écoulement pyroclastique et un panache de cendres se produisent. Le panache atteint 4600 m d’altitude et se disperse vers le NE (cette altitude est estimée, elle n’est pas certaine, toujours à cause de l’importante couverture nuageuse).

Le 4 novembre, la webcam permet de détecter un nouveau panache qui s’élève à 4300 m et se disperse en direction du nord.

  • Shiveluch, dim dam dôme
Kamchatka (Russie) – Altitude 3283m

L’extrusion (= mise en place) du dôme de lave sur le flanc nord du Shiveluch continue et s’accompagne d’explosions, de production de cendres, d’avalanches de débris chaudes et d’une activité fumerolienne (source : KVERT – Kamchatkan Volcanic Eruption Response Team).

Cette video évoque les Shiveluch et Zhupanovsky… rien que pour le plaisir d’entendre ces noms prononcés en russe…

Une anomalie thermique est détectée sur les images satellites des 27, 29 et 30 octobre. La couverture nuageuse empêche toute observations les autres jours.

De fortes explosions ont lieu des 28 et 30 octobre, provoquant la formation de panaches de cendres allant jusqu’à 11000 m d’altitude le 28 et entre 7000 et 8000 m le 30.

Ces panaches se sont dispersés jusqu’à 500 km en direction du nord-est.

Le code couleur pour l’aviation reste à orange.

  •  Zhupanovsky, complètement à l’arrêt ?
Kamchatka – Altitude 2899 m

Le KVERT (Kamchatkan Volcanic Eruption Response Team) a présenté ses conclusions cette semaine : l’éruption au Zhupanovsky semble s’être terminée à la mi-octobre.

Le dernier signe d’activité date des 11 et 12 octobre (avec une explosion le 11 et une anomalie thermique le 12). Des volcanologues ont procédé à un survol de la zone le 17 octobre : la cratère actif n’émettait plus que gaz er vapeur.

En conséquence, Le code couleur pour l’aviation civile est abaissé de orange à jaune.

Publicités

Activité du 11 au 17 juin 2014

Activité du 11 au 17 juin 2014

 

Ah, du nouveau cette semaine !

Du nouveau du côté des volcans et du nouveau dans cette rubrique.

Du côté des volcans ? Des entrées, des sorties, comme dans feu le top 50

Du coté de la rub ? J’ai essayé de la rendre plus synthétique en me contentant de résumer, en quelques mots et dans le tableau qui suit (cliquer dessus pour l’agrandir),  l’activité des volcans pour lesquels il n’y a pas eu beaucoup de changement ou pas grand chose de frappant cette semaine.

Le point sur la situation au Piton de la Fournaise.

La 21 juin à 1h35 locales, le Piton de la Fournaise entre en éruption.

Voir « Volcan la pété » sur le volcablog

Sans titre2

Bezymianny, dôme en croissance, lentement mais sûrement.
Kamchatka (Russie) – Altitude 2882 m

Le mardi 17 juin, le KVERT (Kamchatkan Volcanic Eruption Response Team) rapporte une augmentation de la sismicité avec l’enregistrement de 12 séismes peu profonds causés par l’extrusion de lave au sommet du dôme du Bezymianny. Les données satellites montrent également une anomalie thermique (c’est chaud). Le niveau d’alerte pour l’aviation est élevé de jaune à orange.

Nishinoshima, prétendant au titre de plus petit volcan du monde ?
Japon – Altitude 25 m !

Des photos prises par les garde-côtes japonais les 11 et 13 juin montrent bien que l’activité sur le Nishinoshima continue.

Les dégagements de vapeur le long du littoral laisse supposer qu’il y a au moins deux zones actives avec entrée de la lave dans l’océan et avec peut être existence de tubes de lave puisqu’il n’y a pas de zones incandescentes visibles en surface. Les vidéos nocturnes montrent un cône actif avec émission d’une coulée depuis une fontaine de lave. Des éjections de tephras et de cendres brunes sont aussi observées sur deux plus petits cratères, avec présence d’un lac de lave dans l’un de ces petits cratères.

Semisopochnoi, sismicité suspecte
USA – Altitude 1221m

L’AVO (Alaska Volcano Observatory) rapporte qu’une série de séismes suspects a été enregistrée entre le 9 et le 17 juin poussant à augmenter le niveau d’alerte pour l’aviation à jaune.

Batu Tara
Indonésie – Altitude 748 m

Le 15 juin, le panache atteint 2100m et dérivent 55 km vers le sud-ouest. Durant la journée du 16, il perd en altitude pour atteindre seulement 1500m et dériver 37 km au nord-ouest

Fuego, explosions et avalanches
Guatemala – Altitude 3763m

L’INSIVUMEH (Instituto Nacional de Sismologia, Vulcanologia, Meteorologia e Hidrologia) rapporte que l’activité explosive du Fuego continue en cette mi-juin. Des explosions, entre les 12 et 14 juin, expulsent dans le ciel un panache de cendres de 4600m de haut dérivant entre 9 et 11 km vers le sud et l’ouest. Des avalanches de débris continuent également sur ses flancs.

Karymsky, caché sous un lit de nuages
Kamchatka, Russie – Altitude 1536m

L’activité strombolienne ainsi que faiblement vulcanienne continue au Karymsky du 6 au 13 juin, selon le KVERT (Kamchatkan Volcanic Eruption Response Team).

Les images stellites révèlent une anomalie thermique (c’est chaud) le 11 juin. Les nuages rendent les observations difficiles les autres jours.

Kilauea, constant et rassurant comme un vieil ami !
Iles d’Hawaii (USA) – Altitude 1222m

Le HVO (Hawaiian Volcano Observatory) indique que le niveau du lac de lave monte et descend à l’intérieur du cratère Halema’uma’u… comme d’hab’ quoi ! Le taux de production de gaz reste élevé.

Autour de l’évent, continuent de se déposer : cendres, petites bombes et cheveux de Pelé. Des petites particules ont pu être emportées sur plusieurs kilomètres.

Un petit lac de lave est observé dans le cratère Pu’u ‘O’o. Une brèche dans ce cratère laisse échapper une coulée qui provoque l’incendie des forêts avoisinantes mais dont le débit semble faiblir sur l’ensemble de ces derniers mois.

San Miguel
El Salvador – Altitude 2130 m

D’après un rapport du SNET, (Servicio Nacional de Estudios Territoriales) la sismicité a significativement augmenté les 11 et 12 juin et était encore très élevée dans la journée du 17. Les images fournies par les webcams le 17 montrent un petit panache de vapeur s’élevant au sommet du cratère.

Au Santa Maria,
Guatemala – Altitude 3772 m

L’éruption continue sur le complexe volcanique du Santa Maria (volcan avec dôme de lave). Des avalanches de petites amplitudes sont observées sur le flanc ouest et des panaches se dirigent vers le sud-ouest et atteignent des altitudes de 2800 à 3200 m (source : INSIVUMEH)

Shiveluch
Kamchatka, Russie – Altitude 3283m

Le KVERT nous informe que l’extrusion du dôme (il pousse !) sur le flanc sud-est du Shiveluch s’accompagne de production de cendres, d’avalanches chaudes et d’une activité fumerolienne. Les images satellites montrent une anomalie thermique et un panache dérivant 70 km au sud-ouest.

Dans la journée du 11 juin, des retombées de cendres sont rapportés à Klyuchi, petite ville à 50 km au sud-ouest du volcan.

Ubinas, un panache de 7400m… quand même !
Pérou – Altitude 5672m

Lors d’un communiqué de presse, l’observatoire volcanologique d’Arequipa (IGP-OVA) signale que l’activité du volcan Ubinas diminue depuis avril. Cependant, des épisodes de sismicité intense sont encore enregistrés et principalement corrélés aux périodes d’émissions de cendres. Les retombées affectent les zones proximales : en particulier les 6 km à l’est et le sud-sud-ouest.

Le 17 juin, une explosion provoque un panache de cendre qui a atteint jusqu’à 7400 m d’altitude

Activité volcanique du 4 au 10 juin 2014

Activité 4 au 10 juin 2014

Je n’ai pas encore beaucoup de temps pour alimenter ce blog, donc je m’en tiens à actualiser l’activité volcanique hebdomadaire en espérant pouvoir prochainement  ajouter d’autres articles, encore plus palpitants… évidemment.

En attendant et pour pimenter un peu la chose,  j’ai décidé de décerner le prix de « volcan de la semaine » (je suis seule sur ce blog: I do what I want ha ha ha).

Cette semaine, le prix est attribué à… Santa Maria !

Bravo à ce premier lauréat.

Ce choix est complètement totalitaire et anti-démocratique, j’essaye de mettre en place assez rapidement un vote dispo en ligne, pour que chacun puisse soutenir son favori et élire le volcan le plus éruptif de la semaine (ou du mois, on verra)

activité

Pavlof, trafic aérien perturbé

Alaska (USA) – Altitude 2519m

L’éruption au Pavlof se poursuit avec des nuages de vapeur, des émissions de cendres, des coulées pyroclastiques, sismicité constante et des températures élevées en surface pour les 3 et 4 juin. Une fontaine de lave incandescente a été repérée sur les webcams.

Les vols au-dessus de « Cold Bay », où se trouve le volcan sont annulés la journée du 4 juin, ce qui a concerné environ 200 personnes.

Deux fortes explosions sont détectées par leurs signatures sismiques le 5 juin.

L’activité diminue les 5 et 6 juin (notamment la production de cendres).

San Miguel

El Salvador – Altitude 2130 m

La sismicité reste importante (d’après un rapport du SNET, Servicio Nacional de Estudios Territoriales, en date du 1er juin). Les observateurs locaux rapportent des grondements ainsi que des nuages de gaz émanant du cratère avec occasionnellement production de quantités faibles de cendres.

Sangeang Api, le volcan sans sous-titre

Indonésie – Altitude 1949 m

D’après l’analyse d’images satellite, le VAAC (Volcanic Ash Advisory Centre) rapporte simplement la formation de panaches de cendres entre les 4 et 7 juin, atteignant 3 000 m de haut et ayant parcouru entre 45 et 110 km vers l’ouest et nord-ouest.

Au Santa Maria, un lahar de 9 m de haut !

Le personnel de l’observatoire évacué.

Guatemala – Altitude 3772 m

Le 6 juin, l’observatoire de Santiaguito (OBSAN) a été sévèrement touché par un important lahars qui a emprunté le rivière Nima, sur le flanc sud du volcan. Le lahar est arrivé par vagues de 5 à 9 mètres de haut, pour 80 m de large, charriant des blocs de plus de 5 m de diamètre. Il déborde du lit de la rivière et le personnel de l’observatoire de Santiaguito est évacué. Le 7 juin des lahars, de moindre importance sont produits, accompagnés d’une odeur de soufre.

Les 7 et 8, une coulée descend lentement le flanc est du volcan, puis les 8 et 9, se sont des explosions qui ont lieu, entrainant la formation de panaches de cendres (500 m de haut et dispersées en direction du SW).

Les 9 et 10, d’autres explosions et panaches sont produits, les coulées se poursuivent sur le flanc est accompagné d’avalanches de débris.

Lahars: cendres et blocs issus du volcan, remobilisés par des eaux d’origines diverses, constituent des courants potentiellement très meurtriers.

Zhupanovski

Kamtchatka (Russie) – Altitude 2958 m

Le KVERT (Kamchatkan Volcanic Eruption Response Team) rapporte qu’une éruption a débuté le 6 juin, produisant un nuage de cendres ayant atteint 6 000 m de haut. Le 9 juin,  des images satellites montrent que les nuages de cendres atteignent 3 à 4 km de haut et se dirige 60 km vers l’est.

Aira, caldera du Sakurajima. Le changement dans la continuité.

Ile de Kyushu (Japon) – Altitude 1117m

Le VAAC (Volcanic Ash Advisory Centre) de Tokyo rapporte que les 6 et 9 juin, des panaches s’échappent de la caldera Aira du Sakurajima atteignent entre 2,1 et 5,5 km de haut.

Bagana, si loin pourtant si proche

Bougainville (Paouasie Nouvelle Guinée) – Altitude 1750 m

Le 10 juin, un panache de cendres atteint 2400 m et se dirige vers le SW.

Batu Tara, un p’tit air de Stromboli

Indonésie – Altitude 748 m

Sur la preuve des images satellites, un nuage de cendres est observé le 6 juin. Il atteint 2100 m de haut et  se dirige jusqu’à 150 km au NW. Des panaches de la même hauteur sont observés du 7 au 9 juin mais ils ne parcourent « que » 35 km vers le NW

1106DEUX

Chirinkotan, une accalmie ?

Kuril Islands (Russie) – Altitude 724 m

Le SVERT (Sakhalin Volcanic Eruption Response Team) nous informe sur une éruption qui a débuté le 24 mai dernier avec des anomalies thermiques et des émissions de gaz contenant parfois des cendres. La 5 juin, le SVERT note un affaiblissement de l’anomalie thermique (=c’est moins chaud), suggérant un refroidissement des coulées mise en place précédemment.

L’alerte pour l’aviation civile est levée.

Dukono, les panaches ne faiblissent pas

Indonésie – Altitude 1335 m

Comme la semaine passée, le Dukono a été le siège d’une série de panaches : celui du 4 juin atteint 2100m et parcours 150 km au nord. Le lendemain, le panache atteint 3700m et le 9 juin entre 1500 et 1800 m de haut, se dirigeant toujours vers le NW

Fuego, lahars et explosions, à moins que ça ne soit l’inverse ?

Guatemala – Altitude 3763m

Le 5 juin, des lahars descendent le long des flancs est, sud-est, sud-sud-ouest et sud du volcan, transportant des blocs jusqu’à 1,5 m de diamètre. Les 5 et 6 juin, des explosions entrainent la formation de panaches de cendres allant jusqu’à 350 m de haut et se dirigeant jusqu’à 10 km au N et NW. D’autres explosions surviennent les 8 et 10 juin, avec des panaches de 750 m de haut parcourant jusqu’à 10 km en direction du nord.

Des matériaux incandescents, éjectés depuis le cratère atterrissent sur les flancs du volcan et forment des avalanches de débris. Le 9 juin, de nouveaux lahars sont observés dans les drainages de El Jute et Las Lajas.

Karymsky, caché sous un lit de nuages

Kamchatka, Russie – Altitude 1536m

Le KVERT rapporte qu’une activité strombolienne et faiblement vulcanienne a eu lieu entre le 30 mai et le 6 juin. Par la suite, l’observation satellite a été perturbée par la présence de nuages.

1106UN

Kilauea, ça monte et ça descend

Iles d’Hawaii (USA) – Altitude 1222m

Le HVO (Hawaiian Volcano Observatory) indique que le niveau du lac de lave joue le yoyo (monte et descend…) à l’intérieur du cratère Halema’uma’u. Le taux de production de gaz reste élevé.

Autour de l’évent, continuent de se déposer : cendres, petites bombes et cheveux de Pelé.

Le 6 juin, des fumées s’élevaient de zones boisées, suggérant la progression de coulées.

Merapi, rien de très nouveau

Java, Indonésie – Altitude 2698m

Début juin, la sismicité diminue comparativement aux semaines précédentes.

Le niveau d’alerte reste à 1.

Shishaldin, sous surveillance

Fox Islands (USA) – Altitude 2857m

Les données sismiques traduisent qu’une éruption de faible intensité y est toujours en cours. Des élévations de température au sommet sont détectées les 7 et 9 juin.

Shiveluch, avec un dôme, il se passe toujours plein de choses…

Kamchatka, Russie – Altitude 3283m

Du 30 mai au 6 juin, la croissance d’un dôme de lave dans le flanc sud-est s’accompagne d’explosions, d’incandescence, d’avalanches chaudes ainsi que d’une activité fumerolienne.

Ubinas, évacuation des populations maintenue

Pérou – Altitude 5672m

Lors d’un communiqué de presse, l’observatoire volcanologique d’Arequipa et le INGEMMET (Instituto Geológico Minero y Metalùrgico) signalent que le niveau d’alerte orange est maintenu pour les habitants de la zone concernée par l’éruption du volcan Ubinas. Les habitants des villes de Querapi et Tonohaya ne peuvent pas revenir chez eux.

De significatifs dégagements de cendres et de gaz ont été observés. Les panaches de cendres et gaz atteignent de 200 à 2000 m de haut du 5 au 7 juin.